Si seulement 3,5% des surfaces de l’appellation champagne sont en agriculture biologique, les maisons de champagnes et vignerons indépendants sont de plus en plus nombreux à convertir leur vignoble en bio.

Car les codes ont changé, les valeurs de terroir et de savoir-faire du champagne s’expriment aussi dans une démarche éco-consciente attendue par le consommateur. Gros plan sur le champagne bio et ce qui fait sa différence.


Respect du cahier des charges

Pour obtenir l’appellation bio, le producteur de champagne doit obéir à un cahier des charges extrêmement précis.

Souvent, la transition se fait sur plusieurs années, la commercialisation en bio ne pouvant se faire qu’après un minimum de 5 années de conversion, 3 ans pour obtenir la certification en bio et 2 ans de vinification.

Les vignerons s’engagent à ne plus utiliser de pesticides de synthèse et d’engrais chimiques ainsi qu’une utilisation réduite d’éléments naturels comme le soufre, le cuivre et l’argile.

Certains vignerons utilisent des huiles essentielles pour donner de la vigueur à la vigne ou remplacent le tracteur par le cheval de trait pour un meilleur respect des sols.

De façon plus général, tous les ingrédients entrant dans la composition du vin doivent être certifiés bio : les raisins bien sûr, mais aussi le sucre et les moûts concentrés.

Bio, biodynamie, nature, comment s’y retrouver ?

La biodynamie va encore plus loin que le bio puisqu’elle prend en compte d’autres aspects dans la culture du vin comme l’influence magnétique de la lune, de la terre ou le soleil dans la croissance des vignes.

Elle fait également intervenir des minéraux et des plantes pour traiter la vigne le plus naturellement possible et relancer le cycle de vie de la nature.

Le vin nature quant à lui ne correspond à aucune appellation officielle. La démarche s’apparente à une philosophie qui prône zéro intervention ou presque sur la vigne et la vinification.


Le goût nature du champagne bio

Le bio est le fruit d’un dur labeur avec des rendements plus fluctuants, c’est ce qui explique son prix plus élevé qu’un vin de champagne conventionnel (environ 15% plus cher).

Il faut savoir que la Champagne se situe dans une zone pluvieuse qui favorise le développement de champignons. Ils représentent un vrai risque pour la vigne et peuvent avoir pour conséquence de diminuer la production. 

Pour autant le champagne bio est-il meilleur ?

En fait, opposer vin bio et vin conventionnel n’est pas la solution, mieux vaut consommer un champagne traditionnel de qualité qu’un vin bio médiocre. Certains notent cependant des différences entre les deux. Les champagnes bio, du fait d’un retour à la nature, apportent une certaine tension dans le vin.

A l’inverse, à trop limiter les adjuvants dans le champagne bio, les défauts peuvent prendre le pas sur la qualité du champagne, avec notamment une perte de goût dans le temps.

Si les bulles bio sont encore rares, elles sont donc en progression et devraient être encore plus présentes sur nos tables dans le futur.

Et sans être bio, il faut savoir que 20% des producteurs champenois sont certifiés dans des pratiques agricoles durables (HVE et VDC) et 80% d’entre eux s’y engagent.